La Nouvelle Amorce

Publié le par G. R.

MSC BY GUIGUI

Un nouveau départ, un nouveau commencement. C’est toujours très excitant de découvrir, tout recommencer à zéro et pouvoir paramétrer sa vie tout en prenant compte des erreurs antérieurs afin de ne plus les reproduire. 

Pendant certaines périodes, en nous perdant dans nos pensés, on se laisse aller à rêver et s’imaginer dans de toutes autres situations, dans de tout autres endroits… Un sourire se dessine sur nos lèvres, conséquence de cette vision heureuse.  Durant un court instant, nous avons simplement tout mis de côtés et nous sommes relaxer. Loin dans notre esprit, nous nous sommes enfuis… Et réfugié dans l’univers du rêve. Ce rêve qui parfois nous hante : Tout laisser tomber pour partir et recommencer une nouvelle vie. Parfois, nous en avons la possibilité : Une mutation, une promotion, le début des études, des stages, l’arrivé d’un nouveau née dans la famille … Ce sont des choses nouvelles auxquels on aspire et qui nous encouragent à voir les choses différemment et avancer grâce à nos expériences.

Un nouveau départ, qu’il soit d’un point de vue professionnel, familial ou sentimental, sont des facteurs d’épanouissement personnel. Ces événements peuvent engendrer un changement radical d’attitude : Devenir plus positif et plus confiant en sois après une réussite personnel, ce qui enclenche un cercle vertueux : Quand l’homme est bien dans sa peau, il est alors plus apte à réussir et concrétiser ses rêves et ses envies, ce qui lui permet un meilleur niveau de vie et un nouveau départ positif. L’origine de cette chose nouvelle nous berce dans un océan de bonheur. Mais n’oublions pas que tout départ n’est pas chose facile car nous tous ces changements impliquent une adaptation face à ces nouvelles choses.

Vivre c’est s’adapter. Cesser de le faire, c’est mourir.

Le Changement fait parti de cette longue route qu’on emprunte vers un nouveau départ et c’est donc un vrai défi pour l’être humain. Il n’est pas toujours évident de quitter un nid douillé, mais les motivations d’une vie meilleur sont bien trop grandes pour ne pas s’y atteler.

Malgré tout, deux grandes façons de voir les changements sont présentes. D’abord les personnes qui en sont effrayés, qui malgré le fait qu’elles ne vivent pas heureuses, préfèrent rester dans leur situation habituelle, par peur du changement. D’autres décident de franchir le pas et de s’essayer à ces nouveautés.

 
PS : Je vous souhaite une bonne et joyeuse année à tous et  vous remercie de votre lecture sur mon blog.

Meilleur voeux pour 2010.

 

 

 

Photo :  Croisière Méditérranéenne , avril 2010 {photo de l'auteur}

Publié dans Essais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pau 15/01/2010 23:54


Hum, mais trop de nouveauté finit par détruire, c'est un problème.
C'est vrai qu'on est tous attiré par la nouveauté, par l'espoir d'une vie meilleure, mais au final, je pense qu'on en arrive à vouloir revenir en arrière. C'est dangereux, mais on ne peut s'en
empêcher, même si nous savons qu'au point où nous en sommes, plus rien ne peut changer, à part nous.
Mais malgré des efforts d'intégrations, des tentatives pour changer ce qu'il est profondément, l'Homme ne peut finalement que constater que ce qu'il a fait, n'est pas suffisant. Rien ne l'est
jamais.
Je pense que ce texte aurait dû aller à la suite de "évolution spirituel", les thèmes se rejoignent.
"Vivre c'est s'adapter. Cesser de le faire, c'est mourir", j'aime cette phrase (je crois que c'est une citation d'ailleurs), mais si ce que tu dis est vrai, je devrait être morte depuis longtemps.
Il y a beaucoup de situations auxquelles je ne me suis pas adaptées, encore maintenant, je continue à le faire (ou à ne pas le faire, c'est selon), j'ai du mal à être ce que je devrait être, j'ai
du mal à être autre chose que ce que je suis, et pourtant à certains moments cela serait utile que je m'oublie un peu pour être plus libre et d'autre il serait utile que je ne pense qu'à moi pour
être heureuse. Bonheur et liberté, peut-on concilier les deux, éternelle question de philo...