La Déception Amicale

Publié le par G. R.

Voiture San Francisco

 

 

Le coup de poignard supplémentaire. Dos face aux constats. Il est toujours triste de se sentir délaisser aux périodes les plus rudes. Délicat en effet de constater que le partage est parfois unilatéral.

N’oublions pas que l'amitié est le fruit d'une bonne entente mutuelle et de l'appréciation d'autrui. Il s'agit d'un lien solide, et on est aux regrets de voir que pendant certaines périodes il n'en est pas plus instable. L'amitié est une relation qu'on allégorise parfois par un ami très proche. Il nous arrive d'espérer trop d'une relation, amicale ou amoureuse... Quand on en attend trop d'une chose, on en est vite déçu. Quand on en n'attend rien, on en est indifférent.

Il y a-t-il un degré d'amitié ? Une intimité amicale est-elle possible? Que ressentir face à toutes ses personnes qui nous tournent le dos au moment ou nous avons besoin d'embrasser des bras ouverts ?

La déception tape à la porte, comme la Faucheuse, au moment le moins opportun, ce moment où du réconfort est synonyme de passibilité mais aussi d'absences. L'amitié peut être fragmentée en plusieurs catégories pour les uns ou pour les autres. De manière global chaque individu hiérarchise et classe ses amis en catégories, parfois inconsciemment.

Les amis très intimes, avec lesquels les sujets tabous n'existent pas. Les amis proches, avec lesquels on prend on garde contact sur une certaine fréquence. Et les connaissances, qui ne sont que de vagues personnes qu'on connait du regard ou que l'on salue poliment. Le temps nous montre que les connaissances est une catégorie très fluide, qui se régénère régulièrement, car pour certaines personnes, on ne les reverra plus jamais. On en rencontre d'autres, par le biais d'amis proches ou de collègues de travail.


Mais qu'en est-il d'une déception amicale ?

 La Déception amicale est le fruit d'une réaction ou d'une action non attendue et décevante de la part d'une personne qui nous est proche.La Déception amicale est donc le sentiment qu'on éprouve en vers une personne à travers la façon qu'elle a eu d'agir.

Quoi de plus délicat qu'être biaiser par une personne en qui on tient ? La réaction humaine se résume en un carnaval d'émotions ... Tristesse, rage, haine, incompréhension, déception. C'est en fait une blessure souvent dur et longue à guérir.


A Suivre ...

 

Photo : Dans les rues de San Francisco, U.S.A. , été 2010 {photo de l'auteur}

Publié dans Essais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

comparateur mutuelle sante 05/11/2012 01:49

souvent on croit percevoir une complicité mutuelle, mais comme on dit c'est dans les mauvais moments qu'on reconnait ses vrais amis, et c'est vrai que ce n'est pas rare d'être décu

Linda

William Tellor 02/12/2009 20:55


Yep !
Je m'y attele et ça m'est déjà arrivé.
Cette phrase sur certains Essais ont changés dailleurs .
Bonne Chance pour la suite du Roman =)


Pau 02/12/2009 19:53


Oui, tu as raison, mais bon, voilà quoi xD. C'est vrai que moi, ça me choque, je pense que c'est parce que je ne réfléchis pas comme toi et que j'ai peut-être l'esprit plus formé pour le "hors
d'oeuvre" (d'où mes grosse difficulté à faire des commentaire ou des dissert' de français xD), enfin, ça n'empêche pas que ce que j'écris soit structuré et ait un ordre logique.
Bref, cette façon de penser le monde viendra au fur et à mesure que tu écriras.
Je suis à nouveau sur mon roman, ce que j'ai écrit manque de précision, mais je vais y arriver au bout d'un moment xD. Garde bien en tête qu'un écrit à toujours besoin d'être réviser, il n'est pas
rare que j'écrive, que j'efface que je recommence, je que modifie, il m'arrive même de tout effacer et de tout recommencer, c'est comme ça que ça se passe, c'est aussi un apprentissage.


William Tellor 02/12/2009 15:35


( On me fait tout le temps le reproche de ne pas être assez scolaire xD )
Je ne l'ai vraiment pas fait dans le sens intro , I , II , Conclu , j'écris au fils de ce qui me viens tout en essayant de garder un ordre logique. Les questions sont biens la pour montrer ça.
Elles sont la suite logique de la phrase, a mes yeux.
J'écris ce qui me viens sans me soucier de forme.


Pau 02/12/2009 14:39


Pk de rigoler ? Qu'est-ce qu'ils trouveraient drôle dans ce que je viens de dire ?
Scolaire : tu suis trop un plan de dissert' ou de commentaire : Intro, problème, premier axe, première partie.... C'est ce que je vois dans ton texte. Tes interrogations sont biens, mais elles
n'ont pas forcément lieu d'être, tu les coupes du monde, elles n'ont pas beaucoup de rapport entre elles...etc.
Si ce sont des questions que toi tu te poses, pose les différemment, enclavées dans ton texte. Les deux premières questions n'ont rien affaire ici, celle d'après par contre à du sens. Si tu tiens à
foutre les deux premières quelque part, tu peux les laisser là, mais pas sous forme de question, plutôt sous forme de réflexion personnelle avec une première personne. Enfin, c'est comme ça que je
les entends. Cela va de soi que tu n'es pas obligé d'en changer, mais réfléchis y, parce que, à mon sens, ça coupe le texte (dans tous les sens du terme).
Voilà, tu sais tout.